Cuisiner à base de capucines, roses et bleuets

Article paru dans Le Perche le 24 août 2018

Remplaçant parfois la cuisine animale, la cuisine végétale se développe sur les petites tables. Rencontre avec Cécile Hermeline qui organise des ateliers culinaires.

DSC_1191

Cécile Hermeline cueille des fleurs dans son jardin à la Perrière . Non pour faire un bouquet, elle récupère les pétales des fleurs de capucines, bleuets, soucis, roses pour les transformer en aromates.

Cécile a commencé à utiliser les fleurs de son jardin pour décorer ses plats mais a rapidement découvert leurs propriétés. Cette passionnée de la terre propose des ateliers culinaires pour mieux apprendre à préparer de bons petits plats.

Cosmo-comestibles

« On appelle cela les cosmo-comestibles. Dans mon jardin, j’ai par exemple des capucines qui contiennent beaucoup de vitamine C. Elles ont des propriétés antibiotique et antiseptique. Leur goût est un peu piquant, cela relève les salades et favorise la digestion. »

Naturelles, séchées ou en poudre, ses feuilles et ses fleurs sont généralement consommées en salade.

Ses boutons se préparent comme des câpres au vinaigre. 

La rose tonifie, elle est revitalisant, régénératrice et cicatrisante. Ses pétales et boutons peuvent se manger en salade ou être déposés sur une tarte. La fleur de souci soulage quant à elle les douleurs menstruelles et permet de régulariser le cycle féminin.

« Plus facile à varier »

« Les gens qui participent à mes ateliers en ont aussi marre des typiques, jambon pâtes, steak pommes de terre, poisson riz… la cuisine végétale est beaucoup plus facile à varier. »

Nous ne mangeons que très rarement la même chose, nos repas sont toujours variés. 

Mais la cuisine végétale ne s’arrête pas aux fleurs, « elle regroupe tous les aliments végétaux, c’est-à-dire, fruits, légumes, plantes, aromates, graines… »

Pas de carences

« On dit souvent que la cuisine végétarienne provoque des carences, mais ce n’est pas le cas. » Cette alimentation demande juste de bien s’informer sur les substitutions de l’alimentation animale.

Pour remplacer la viande dans un plat et avoir le bon apport nutritionnel, elle « mélange par exemple des graines d’avoine, des graines de tournesol grillées, et des graines de lin » : « C’est riche en protéines, vitamine E, oméga et fibres. Il faut savoir que l’énergie ne vient pas que de la viande, elle provient principalement des fruits et légumes. Leur digestion est plus simple que la viande pour l’organisme. »

En recherche de performances

Depuis que la gastronomie végétale se démocratise, Cécile voit ses ateliers se remplirent beaucoup plus vite. D’après elle, « cela fait trois ans que les gens font davantage attention à leur consommation alimentaire » :

 Ils sont prêts à trouver des alternatives pour remédier à la mauvaise qualité des produits, aux problèmes de santé, à la pollution de l’air et de l’eau, mais aussi pour le coût de l’alimentation. 

Lors de ces derniers ateliers, Cécile se rappelle avoir donné des cours à des couples qui souhaitaient augmenter leur performance physique et intellectuelle. Pour le côté physique, elle leur a conseillé de manger plus de fruits frais, des céréales complètes et des légumes crus.

Les céréales complètes apportent par exemple plus d’énergie que la farine blanche et raffinée. 

« Je pense souvent à l’exemple des enfants, s’ils mangent du pain complet au petit-déjeuner, ils n’auront pas de problème d’hypoglycémie et seront concentrés jusqu’à midi. »

Pour l’aspect intellectuel, elle a conseillé à l’autre couple de manger des flocons d’avoine : « C’est une des seules céréales à avoir un acide gras naturel qui permet le passage de l’influx nerveux. Pour vulgariser cela, c’est la circulation des informations dans le cerveau qui sera améliorée. »

Adultes et enfants

D’après Cécile, le régime végétal convient aussi bien aux adultes qu’aux enfants. « On ne manquera par exemple jamais de calcium, de vitamine ou d’énergie avec ce type d’alimentation. Le diabète est aussi écarté. »

 

Cécile Hermeline vous donne des idées de repas :
– Pour le petit-déjeuner : avoine dans de la boisson végétale à base de riz, amande, soja. Avec des fruits frais et des noisettes. En accompagnement, du pain complet avec de la compoté de fruit, du miel ou de la purée d’amande et de noisette.
– Pour le déjeuner : une salade de tomates avec des fleurs de soucis, de rose, avec un filet d’huile d’olive, un peu de ciboulette, de persil et d’ail. Pour le plat un gratin dauphinois à la crème de soja épaisse. Et en dessert une tarte normande version végétale. Quartier de figues dans une crème de soja faites avec du sucre complet et des œufs, sur une pâte sablée.

Pratique
Retrouvez d’avantage de recettes sur : cuisine-bio-hermeline.fr ou à la librairie de Mortagne dans les livres de Cécile, La cuisine du jardin, La cuisine aux herbes, et Recette santé et bien-être.
Pour les groupes (minimum 4 personnes), possibilité de réserver un cour de gastronomie végétale par mail à lasuardiere@gmail.com ou au 02 33 83 53 29.

 

Clémence Boissard

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s